Lundi de Pâques 5h du matin , malgré ce lendemain de fêtes les inconditionnels du trail sont présents au rendez vous du Girmont. Ils sont une petite trentaine. Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Monsieur Manens le Maire est présent pour accueillir les sportifs. Trois groupes sont constitués les 16, 20 et 30 km. Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.5h15 toutes les lampes frontales brillent, le départ en commun est donné.

Le groupe s’enfonce dans la nuit pour gagner les hauteurs du Girmont. La rosée rafraichit les pieds des coureurs. Les premiers 500 m annoncent la couleur, il s’agit d’une bonne grimpée qui génère les premières transpirations (d’une longue série).

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.Les prés, les taillis, la forêt alternent, on devine des étangs. Aux environs de 6h30 la nuit fait place au jour, les lampes frontales sont abandonnées et les descentes successives nous font surplomber Faymont, à ce moment les trois groupes se séparent. Je fais partie du groupe des 16 km. Encore une petite descente et nous sommes tout au fond de la vallée.

On devine la suite, le Girmont est tout en haut et il va falloir remonter. Les baskets vont encore fumer et le reste aussi. Pour se réhydrater tous les concurrents ont des « camel bag » dorsaux, je suis le seul à avoir un ventral naturel réalisé consciencieusement au cours de tous ces derniers repas festifs……………..et celui là aussi il faut le remonter. Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Les sentiers, les « corrues » s’enchainent, le souffle est court mais les vues sont fantastiques et le levé du jour ajoute encore de la magie.

Enfin une grande prairie arrive, nous sommes sur le terrains d’ULM, en toile de fond se dessine le Girmont et son clocher se découpe dans la brume. Oubliez les jambes lourdes, les douleurs de toutes parts, les doutes aussi de penser de ne pas pouvoir suivre le rythme. ……….

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.On dévale la pente avec le bonheur d’y être arrivé. On retrouve le point de départ pour le parcours des 16 km c’est terminé.

Michèle la sympathique adjointe de Remiremont mais surtout notre amie a fait le déplacement avec son mari pour nous féliciter, c’est super sympa.

Vingt minutes plus tard les 20 km arrivent suivis aux environs de 9h30 par les 30 km. L’arrivée est groupée car en fait tout est pour le plaisir et les plus vaillants entrainent les retardataires. Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Une partie de l’équipe municipale est là avec Monsieur le Maire et Roland. Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.Ils nous offrent une sympathique collation réparatrice avec une magnifique terrine aux bluets locale, un excellent Munster fermier le tout arrosé d’un vin blanc d’Alsace bien frais.

La charmante épouse de Roland arrive alors avec un panier chargé de café fumant et odorant accompagné d’une énorme corbeille d’œufs de Pâques, il est 10 h, les cloches aussi sont matinales au Girmont pour nous offrir en primeur de délicieux chocolats……………….

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.Rien que pour ça on ne regrette pas d’être venus.

11 h on se quitte avec du tonus pour toute la journée.

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.Stéphane embarque dans son véhicule de safari une escouade de sportifs qu’il avait convoyé jusqu’au Girmont. Il me fait penser à ces manageurs qui arrivent sur les courses avec des gazelles recrutées sur les hauts plateaux d’Afrique. Sauf que Stéphane, il lui manque le gros cigare, quelques kilos et ses gazelles sont quand même un peu moins véloces.

Encore merci à tous pour avoir participé, encore un grand grand merci à toute l’équipe de Girmontais pour son dévouement et sa grande gentillesse.

François

Réagir sur le forum de L’INFERNAL