2ème reconnaissance

Dimanche 11 janvier 8H30, ciel totalement dégagé pour cette seconde reconnaissance.
Températures inversées, -9°C à Remiremont et seulement -2°C à La Croisette d’Hérival…. 
L’objectif était de reconnaître le tracé allant du Km16 lieudit Bienfaisy  au Km32 lieudit le Chalet de l’Empereur.
Le tronçon débute par une courte montée très raide, puis longe le site de la Grange Puton surplombant le Centre Equestre, pour redescendre juste au-dessus du palais des Congrès, sans pénétrer en ville. On emprunte ensuite la Promenade du Calvaire propice au positionnement des spectateurs, pour attaquer par le Sentier du Maire, la montée jusqu’au tracé du parcours de santé. On le coupe pour emprunter la grosse difficulté de la matinée, le chemin utilisé par La Descente des Abbesses, mais que naturellement, on remonte !Elle laissera probablement des traces dans l’organisme des candidats au 72 kms.La récompense arrive au sommet avec un magnifique point de vue sur la vallée. S’ensuit après une partie très roulante jusqu’à la Croisette d’Hérival, ponctuée du salut étonné de quelques chasseurs postés, qui permettra de dérouler et détendre les muscles contractés par l’effort… 
Roland, chargé du parcours sur les zones Hérival et Girmont, nous attendait en quad avec le thé chaud pour nous ouvrir le tracé suivant.
Parcours toujours assez roulant puisqu’il s’agit de descendre vers le Prieuré d’Hérival sur le flanc sud jusqu’au Chalet de l’Empereur. Suit alors une montée à travers bois jusqu’à la route forestière qu’il faudra partiellement emprunter avant de prendre la direction du Girmont Val d’Ajol que nous reconnaîtrons dimanche prochain.
2 heures de sortie pour un peu plus de 15 kms et un parcours légèrement modifié par rapport au tracé prévu : volontairement par Stéphane pour accroître la difficulté en coupant tout droit la montée du Sentier du Maire,suite à une erreur en prenant trop haut dans la forêt au dessus du Prieuré d’Hérival ce qui nous a fait descendre puis remonter la montée du Chalet de l’Empereur… 
Néanmoins, l’objectif de reconnaissance est bien atteint avec un tracé mémorisé qui n’attend plus qu’un balisage définitif.
Hervé